« Ouvrez vos horizons, le monde vous appartient »

Étudier oui, mais pas sans confronter ce qui a été appris aux découvertes nées de la rencontre avec l’étranger … C’est le message qu’a fait passer Mme De Vinck, chargée du programme de mobilité de l’UNIGE ce 27 février 2013, dans le cadre de la journée d’information aux collégiens.

Capture d’écran 2013-02-27 à 19.28.43

Et pour partir à l’étranger dans de bonnes conditions (age, maturité, frais de scolarité, etc.), il peut être tout à fait stratégique de commencer ses études à Genève.

Retrouvez ci-dessous l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur le programme de mobilité de l’université de Genève.

Partir à l’étranger, comment faire ?

L’université de Genève, par ses 750 accords avec des universités partenaires partout dans le monde, offre de nombreuses opportunités aux étudiants qui veulent faire l’expérience des études à l’étranger et de la mobilité universitaire.

Le programme de mobilité est organisé par le bureau des relations internationales, qui prend en charge les étudiants souhaitant partir à l’étranger.

Qu’est-ce que la mobilité ?

C’est la possibilité de partir étudier dans une université partenaire durant un semestre ou un an. Un projet qui suppose d’établir un plan d’étude similaire à celui de Genève et de passer des examens à l’étranger qui seront validés par l’UNIGE, le diplôme obtenu restant un diplôme genevois

Pourquoi partir en mobilité ?

Partir en mobilité c’est faire l’expérience d’une culture différente, perfectionner l’apprentissage des langues, étendre son réseau professionnel, étoffer le CV.

Quand partir en mobilité ?

Suivant les facultés on peut partir plus ou moins tôt, dès la deuxième année pour les étudiants inscrits en traduction et interprétation ou lettres par exemple. Il faut attendre le master pour les étudiants en droit, mais la mobilité suisse est possible dès le Bachelor. En Sciences économiques et sociales et en sciences « dures » la mobilité est possible à partir de la troisième année. Il faudra attendre l’année des stages, soit la sixième année, pour les étudiants en médecine.

Pour ceux qui en ont la possibilité, il est autorisé de partir deux fois, une première fois en Bachelor, une deuxième fois en Master

Les différents programmes de mobilité

Il faut distinguer la mobilité suisse (St Gall, Zurich, Berne, etc) qui ne pose pas de problème de selection et la mobilité à l’étranger (Erasmus pour l’Europe, COIMBRA pour d’autres destinations, Etats-Unis, Asie, etc.), dont certaines destinations requièrent un niveau élevé.

Le programme ERASMUS (mobilité intraeuropéenne)

 Chaque étudiant inscrit au programme Erasmus touche touchez une bourse d’environ CHF 250.- par mois.

L’étudiant s’acquitte donc des taxes de CHF 65.- à Genève et ne paye pas les taxes universitaires à l’étranger, soit plusieurs milliers de francs économisés parfois. C’est « une chance énorme qu’offre le service de mobilité »

Le programme COIMBRA:

Le fonctionnement est le même que pour Erasmus, l’aire géographique est toujours l’Europe, mais pour d’autres destinations

Les programmes de mobilité hors Europe

Dans ce cas, l’étudiant ne perçoit pas de bourse de CHF 250.- mais il profite de l’énorme avantage de l’exemption de taxes dans la faculté d’accueil. Le monde est vaste : Australie, Canada, Japon, Chine, Corée du sud, Usa, Argentine, Liban, etc, les universités partenaires de l’UNIGE sont partout.

Face à la demande, élevée pour certaines destination (USA par exemple), il y a une sélection. On demande une moyenne de 5.0/6 minimum pour certaines destinations. Un conseil très important donc : il faut travailler pour avoir d’excellents résultats dès le début de la première année.

 Mais pour d’autres destinations, moins demandées mais très intéressantes aussi, un 4.2/6 est suffisant.

Comment partir vers le monde anglophone ?

Pour partir du coté anglophone, on demande une preuve du niveau d’anglais, au moins le niveau B2 ou un certificat comme le Toefl, l’Ielts, que l’on peut passer en interne en novembre.

Il faut aussi présenter un cv et une lettre de motivation.

Une remarque cependant : la mobilité c’est plus qu’un séjour linguistique (réseau social, cv) et on peut trouver des cours en anglais partout en Europe, tout en s’ouvrant à d’autres cultures. Ou comment faire de l’anglais sans être dans le monde anglophone…

Les conseils pour être accepté en mobilité.

Attention : il faut PLANIFIER. Il faut trouver des cours correspondant dans l’uiversité visée à ce qui est fait à Genève. L’inscription dans l’uni partenaire se fait 6 mois ou 1 an à l’avance. Les dossiers doivent être donnés au plus tard le premier dec de chaque année, pour une demande concernant des études l’année suivante. Pour certains, qui souhaitent partir dès la deuxième année, cela suppose de déposer un dossier deux mois après la rentrée universitaire.

Et si vous souhaitez obtenir un diplôme d’une autre université ?

Vous pouvez parfaitement commencer des études à Genève et les poursuivre ailleurs (reconnaissance des crédits dans le cadre du processus de Bologne). Mais cela suppose de faire les démarches seul sans passer par l’UNIGE. On n’entre plus alors dans le cadre du programme de mobilité qu’elle propose et de ses avantages en terme financiers et d’organisation….

UNIGE: Boussole et journée d’information des collégiens.

Les élèves de Terminales qui participent aux programme Boussole se rendent à l’UNIGE les 26 et 28 février 2013.

Pour les autres, il est aussi possible de prendre des informations sur les filières proposées par l’université de Genève.

Pour cela, il suffit de vous inscrire ici et de vous rendre à la journée d’information des collégiens mercredi 27 février, journée dont voici le programme.

 Capture d’écran 2013-02-22 à 12.10.51

Capture d’écran 2013-02-22 à 12.11.10

Post bac, surtout ne pas trop attendre!

C’est ce que nous conseillent vivement les administrateurs du site postbac. Voici le message qu’ils nous ont envoyé ce jour:

Chaque année, à l’approche du 20 mars, des dizaines de milliers d’élèves de terminale se précipitent pour créer leur dossier APB à la dernière minute au risque de subir une panne informatique ou la saturation des serveurs APB, sans compter le manque de réflexion quant aux choix de poursuite d’études.

Après trois semaines de lancement de la campagne 2013 moins d’un tiers des élèves de terminales ont créé un dossier. Nous ne saurions trop rappeler aux élèves qu’il est temps de se préoccuper de leur dossier APB et de concrétiser sereinement leurs choix de poursuite d’études.

Rappel du calendrier élèves :

– fin des candidatures le 20 mars,

– date limite de modification des dossiers (saisie des notes, saisie des lettres de motivation, …) de validation des candidatures et d’impression des dossiers le 2 avril,

– modification de l’ordre des vœux jusqu’au 31 mai.

L’équipe de maîtrise d’œuvre APB

Médecine en Suisse: attention! Les délais sont plus courts.

La plupart des universités Suisses posent des délais d’inscription au 30 avril, mais, si vous souhaitez faire médecine, il faut s’y prendre bien avant. Les candidats et candidates ont jusqu’au 15 février 2013 pour s’inscrire par voie électronique à l’adresse http://med.crus.ch. Ce délai doit aussi être respecté pour l’envoi du formulaire papier que les inscrits obtiendront après la procédure électronique.

Si un numerus clausus doit être appliqué, un test d’aptitude aura lieu le vendredi 5 juillet 2013. Ce n’est pas un concours d’entrée mais il donne lieu à une recommandation qu’il vaut mieux suivre, ceux que l’on dissuade et qui se retrouvent en échec auront été prévenus…