Parcoursup, c’est parti !

22 janvier 2018, c’est l’ouverture de la plateforme Parcoursup.

Elle remplace « APB » pour la formulation des vœux d’études supérieures pour tous les futurs étudiants en France.

Pour découvrir les formations, pour saisir vos voeux, une seule adresse

https://www.parcoursup.fr/

Pour vos questions: smontessuit@florimont.ch

L’essentiel en quelques points:

  • La phase d’inscription commence le 22 janvier et s’achève le 13 mars 2018, après quoi il ne sera plus possible d’enregistrer des vœux.
  • Dix vœux sont possibles.
  • Dans certaines filières, notamment parmi les plus demandées (santé, droit, sport, etc.), ils est possible de faire des vœux groupés, c’est à dire de postuler via un seul vœu (« vœu multiple ») à différentes « licences de droit », ou plusieurs « première année commune aux études de santé (PACES) ». Des vœux groupés sont également envisagés dans certaines filières sélectives (classe préparatoire, BTS, etc.). Le candidat ne pourra pas faire plus de 20 de ces « sous-vœux » sur la plate-forme.
  • Pour chaque vœu exprimé, l’élève devra rédiger un « projet de formation motivé », court texte faisant office de lettre de motivation. Pour réussir cette étape importante du dossier, voici les conseil de « l’étudiant ».
  • Le candidat peut faire des vœux sur l’ensemble du territoire. Pour les formations non sélectives (licences et PACES) dans lesquelles le nombre de vœux dépasse le nombre de places disponibles, un taux maximum de candidats non résidents dans le secteur de la licence considérée pouvant être admis sera fixé. Ce secteur correspond dans la plupart des cas à l’académie (académie de Grenoble pour les élèves de Florimont). Ce taux maximum sera affiché au mois de mai pour chaque formation concernée. Si le candidat n’est  pas résident du secteur défini et si la PACES (Première année commune aux études de santé) ou la mention de licence demandée n’est pas proposée par une université de son académie de résidence, il est considéré comme faisant partie du secteur où se trouve la formation demandée. Dans le cas contraire, on peut faire une demande de dérogation en utilisant la rubrique « Demande de dérogation ». Cette demande doit être faite dès que le candidat est en possession des documents nécessaires (ils seront indiqués selon sa situation) et avant le 16 mai afin que sa situation puisse être étudiée.
  • A partir du 22 mai, les filières sélectives (prépas, IUT, BTS, écoles, etc.) ont la possibilité de donner trois types de réponse aux candidats : « oui » (accepté), « non » (refusé) ou « en attente ». Concernant les licences à l’université, elles pourront répondre « oui » si elles acceptent le candidat, « en attente » si le nombre de places disponibles est atteint et que le candidat a été mis sur liste d’attente après examen de son dossier. Ou bien « oui si » (accepté, à la condition de…) dans le cas où il reste des places disponibles mais que le profil du candidat ne correspond pas tout à fait aux attendus de la formation. Le candidat peut alors s’inscrire dans cette formation seulement s’il accepte de suivre un parcours spécifique (modules d’enseignement complémentaires, semestre ou année de remise à niveau…), que chaque université définira à sa manière.

Nous avons repris ci-dessus des informations issus des sites Parcoursup, Le monde et L’étudiant que l’on retrouvera sous les liens suivants:

 

 

19 et 20 janvier 2018: journées portes ouvertes CFP Arts

Une vocation artistique ?

Le désir d’en savoir plus sur les arts appliqués (création de vêtements, graphisme, interactiv Media Design, etc.), les arts vivants, l’école de Bande dessinée ?

Ne manquez pas les journées portes ouvertes du CFP arts de Genève le vendredi 19 janvier à partir de 13H00 et le samedi 20 janvier toute la journée.

RDV au 2 Rue Necker, près de la gare Cornavin.

 

 

 

Vous aimez les sciences (et vous êtes plutôt brillant(e)), pensez au nouveau Bachelor de Polytechnique en France !

Le Bachelor de l’École polytechnique est une formation scientifique en trois ans, entièrement en anglais, et tournée vers l’international.

Le 15 décembre 2015, l’École polytechnique dévoilait les grandes lignes d’une réforme en profondeur. Parmi les propositions avancées, la création d’un diplôme postbac en trois ans, sur le modèle du «Bachelor» anglo-saxon. Une grande nouveauté pour la prestigieuse école d’ingénieurs, connue pour son concours qui vise à recruter les meilleurs élèves issus des classes préparatoires scientifiques. Moins de deux ans plus tard, le 1er septembre dernier, 71 étudiants ont fait leur rentrée sur le campus de Palaiseau.

Pour en savoir plus: CLIQUEZ ICI