Faire médecine ailleurs et exercer en Suisse ou en France…

La question nous a été posée: peut-on faire des études de médecine à l’étranger et revenir exercer en France ou en Suisse?

Les conditions d’exercice de la médecine en France:

http://www.conseil-national.medecin.fr/article/les-conditions-d-exercice-de-la-medecine-en-france-392

Et pour aller plus loin :
http://www.mgfrance.org
http://www.csmf.org

Pour la Suisse, voici un extrait de la loi fédérale sur les professions médicales (art. 15):

Reconnaissance de diplômes étrangers.
1 Est reconnu le diplôme étranger dont l’équivalence avec un diplôme fédéral est
établie dans un traité sur la reconnaissance réciproque des diplômes conclu avec
l’Etat concerné, et dont le titulaire maîtrise une langue nationale suisse.
2 Un diplôme étranger reconnu déploie en Suisse les mêmes effets qu’un diplôme
fédéral.
3 La reconnaissance relève de la compétence de la Commission des professions
médicales.
4 La Commission des professions médicales, si elle ne reconnaît pas le diplôme
étranger, fixe les conditions de l’obtention du diplôme fédéral correspondant.

L’exercice de la médecine en Suisse pour les médecins étrangers est conditionnée par l’obtention d’une autorisation particulière, un simple permis de travail ne suffit pas. C’est l’OFFT (http://www.bbt.admin.ch/) qui guide les demandeurs dans cette démarche. On peut rediriger le demandeur vers un organe cantonal compétent qui jugera s’il faut ou pas vous faire passer des tests complémentaires (aptitudes le plus souvent) en fonction du diplôme, du lieu où il a été obtenu, de l’expérience. (tiré de http://www.expat-blog.com/forum/viewtopic.php?id=14977)

Pour en savoir plus sur le recrutement du personnel de santé étranger dans les établissements suisses, consultez cet article:

Comment les établissements de santé suisses recrutent du personnel étranger

Art, communication et design. Une école à Genève.

Vous souhaitez poursuivre dans une filière créative, l’IPAC-Design peut vous intéresser. 

Pour le savoir, rendez-vous à ses journées portes ouvertes:

Mercredi 8 février 2012

Mercredi 9 mai 2012

Samedi 12 mai 2012.

58 cour, Rue du Grand-Pré
1202 Genève

Et pour en savoir plus et découvrir l’école:

www.ipac-design.ch

Vidéo de présentation : http://www.youtube.com/watch?v=VBIGwrDcB9U

+41 22 700 56 55

ESIGELEC: une école d’ingénieur post bac à découvrir…

Si vous visez une bonne école d’ingénieur post bac, et que vous ne misez pas tout sur l’INSA ou, plus tard, sur Centrale ou Sup’elec, ce qui suit peut vous intéresser.

Nous avons rencontré les représentants de l’école ESIGELEC (Cyril Marteaux. Direction des relations internationales)

L’ESIGELEC appartient aux 15 meilleures écoles d’ingénieur post bac en France (sur un total de plus de 200).

L’école en bref:

– ESIGELEC est installée normandie (Rouen) depuis 1901à 50 KM de l’Angleterre.

– 45% de ses étudiants sont recrutés après le bac, elle propo

– Une école orientée ingénierie et technique.

– Ses domaines de formation: électronique, informatique, telecom, système embarqué, mécatronique, biotechnologie, ingéniérie finance, business.

– 33% des étudiants ne sont pas français (ouverture internationale). Les cours sont majoritairement donnés en Français mais aussi en anglais en 4ème et 5ème année.

– 60 prof étrangers (USA, Espagne, Allemagne…)

– 90 écoles partenaires dans 40 pays (la dernière année de cycle ingénieur, à l’étranger, offre la possibilité d’un double diplôme: seuls 10% des étudiants, les meilleurs, peuvent y accéder ).

– 3000 entreprises partenaires pour les stages.

– 97% de placement en emploi à la sortie de l’école, dans les 3 mois, même début 2012.

– Proposera bientôt une école doctorale.

– Frais de scolarité 2400 euros par an en prépa, 5600 euro par an en cycle ingénieur, 12000 euro pour la formation complète d’un ingénieur.

Pour en savoir plus:

http://www.esigelec.fr/

How Cambridge Admissions Work – Forget about the Violin Lessons!

For the US, extra-curricular activities are vital.  For the best universities in the UK, they are much less relevant.  One of the most interesting lines in a recently-published article about the Cambridge admissions process went like this –

Great emphasis is placed on exam performance, and the academics are keen to drill down into performance in individual modules. One notes approvingly of a candidate who has « done some hard units ». There is far less interest than is popularly thought in extra-curricular activity. An academic remarks with bafflement that a candidate has « got his violin grades on there ».

Read the whole article at http://www.guardian.co.uk/education/2012/jan/10/how-cambridge-admissions-really-work